Hommage à Aimé CÉSAIRE

Ajouter un message dans le livre d'or
Votre nom/prénom :
Ville :
Email :
Votre texte :
 
Verification :

captcha Générer un nouveau captcha

Recopier le cryptograme :
 
Nom : P.Stéphanie

Son message : juste MERCI

Nom : LY Babacar

Son message : Pas un geste ni un signe Aimé est parti,parti à jamias sans dire aurevoir.
lorsque je regarde le ciel étoillé je me demande où est ce que tu te cache à nos yeux.
Que Dieu le tout puissant t’acceuille dans le jardin céleste de son paradis.
Repose en paix,repose en paix que la terre de la Martinique te soit légère.

Nom : Traore

Son message : aimé cesaire quoi qu’il arrive tu resteras dans nos coeur. grace a tes conaissance tous les éleves et étudiants t’admirent. que ton ame repose en paix

Nom : delbois nathalie

Son message : il y a sur notre terre, sur notre planète de vrais hommes (et femmes)comme aimé césaire qui me font penser que l’humanité pourrait être celle ci celle de cette si belle clarté d’esprit
merci infiniment
une métisse noire, rouge et blanche !

Nom : CIALEC PEGGY

Son message : Aimé Césaire je ne t’ai pas connus mais merci pour tout ce que tu as fais pour nous .
Merci encore
Ont t ’oubliera jamais tu seras dans nos coeur ;

Nom : SENEMAUD Daniella

Son message : Grand Aimé, ma famille s’est mise à lire tous tes ouvrages, ta vie a été immense et nous gardons, tout antillais ou toute personne, ton élégance du coeur, si chère à nos coeurs, à notre mémoire. Merci, grand homme, d’avoir existé, merci les anges !

Nom : Kanelle

Son message : J’ai découvert la Martinique lors du remariage de ma mère avec son deuxième mari, un Martiniquais. Je suis toute de suite tombée moureuse de cette île. Ma nouvelle famille est au Lorrain, ville que j’aime beaucoup.
La Martinique m’a aussi fait découvrir un homme formidable. Comment ne pas aimer Césaire.
Au début de l’année, j’ai choisi dans le cursus de mes études d’approfondir mes connaissances sur la négritude. Mon admiration pour Césaire ne fait que grandir.
C’était un homme de sa terre, un homme de conviction et un homme d combat.
Ce n’est pas seulement la Martinique qui pleure Césaire, c’est le monde universel.
J’attends avec impatience mon retour pour la Martiique afin de lui payer mes respects.

Nom : FURLONG Robert

Son message : Je découvrais votre écriture il y a un peu plus de 40 ans lorsque je participais à une mise-en-scène des Cahiers à L’Université Charles de Gaulle de Tananarive (Madagascar). Le jeune mauricien métis que j’étais vous doit beaucoup, notamment par la prise de conscience d’un nécessaire positionnement politique face à la société et à ses courants dominants. Votre ré-écriture de la Tempête de Shakespeare a confirmé cet enseignement et l’absolue nécessité de faire front. Les deux entretiens que nous avons eu dans votre bureau restent des moments riches et essentiels. Merci, Monsieur Césaire. Souhaitons que les générations futures vous soient aussi redevables que la mienne puisse l’être.

Nom : Hebert Logerie

Son message : Notre Frère Et Ami, Aimé Césaire, N ?est Pas Mort

Dans ma pensée, je pensais très souvent à lui,
Je me demandais s ?il était encore vivant ;
Mais s ?il vivait, il devait avoir au moins cent ans.
Je pensais fort souvent à lui, il était celui
Qui luisait indirectement dans mes poèmes.
Il aimait ses frères et s ?urs venus des pays d ?ébène.
Il aimait aussi, comme moi, toute l ?humanité de la Bohème.
Il luisait toujours dans ma pensée, il me rappelait des chaînes,
Des grosses et lourdes chaînes qu ?on utilisait pour restreindre
Nos innocents et vaillants Ancêtres sur le Négrier.
Il vivait toujours dans mon c ?ur, il savait vraiment peindre
Les hontes et les injustices, jusqu’à présent, adressées
A nos frères. Mon Dieu ! La radio vient d ?annoncer
Que l ?auteur du retour au pays natal
Est à l ?hôpital.
Quel choc ! Oh ! Wow ! Il est hospitalisé.
Il vivait encore. Il était un vaillant combattant,
Un marathon man. Ce géant-là était notre cher Césaire.
Il était un rêveur, un réaliste, un homme compétent.
La situation est grave, les nouvelles sont amères.
Oh ! Il a poussé son dernier soupir sans lancer son dernier sourire.
Non, il n ?est pas mort. Comme Toussaint Louverture, il vit ;
Il luit dans notre c ?ur, il récite muettement des dires
De nos aïeux, caresse et repasse les plis,
Les cicatrices des injustices répulsives de notre histoire.
Il était trop vaillant pour mourir. Notre frère n ?est pas mort.
Il est resté dans l ?univers, dans les racines et dans les foires ;
Comme Martin Luther King Junior, il n ?est pas mort,
Comme le Roi Henri Christophe, il n ?est pas mort.

Copyright© Juin 2008 Hébert Logerie
New Jersey, États-Unis


Nom : Hebert Logerie

Son message : Hommage à Aimé Césaire

Il faut être vraiment, comme toi, du pays natal pour te comprendre,
Il faut être réellement, comme moi, du pays tropical pour entendre,
Et sentir jusqu’à présent les coups de fouets
Injustement frappés sur la chair de nos aïeux bien faits.

Il faut être dans notre peau, avoir notre sang,
Et marcher sous le soleil chaud des mauvais temps
Pour comprendre les longs mugissements de notre âme,
Les souffrances de notre peuple et les misères de nos femmes.

Dans mon c ?ur, tu resteras, ad vitam aeternam, un des pères de la négritude,
Celui qui a inspiré tes enfants éparpillés de tous les continents.
Aujourd ?hui, tu es parti, je suis triste ! Je peux sentir encore le carcan

De l ?esclavage qui m ?étouffe, m ?étrangle et me suffoque
Et les coups de bottes en fer de cette triste époque.
Brave Poète ! Mille mercis ! Que Dieu t ?accepte dans sa Béatitude !

Copyright ©2008 Hébert Logerie
(Un fils, un frère Haïtien )


page précédente | page suivante
1071 message(s)